La bonroudeuse

Il y a quelques mois, j’ai pris la décision de quitter ma routine parisienne, mon job de chef de projet digital, pour partir voyager en solo et à durée indéterminée en Asie du Sud-Est. J’ai toujours eu des envies d’évasions et le souhait de vivre à l’étranger dans un coin de ma tête mais je n’aurais jamais cru le faire de cette manière : seule et sans job à la clé. Avant cela, j’ai toujours eu tendance à rester dans les cases et à faire les choix qu’on attendait de moi. Je vais tenter d’expliquer ce qui a provoqué mon déclic à travers cet article très personnel.

J’ai eu un accident il y un an et demi qui m’a valu une grande frayeur et une petite cicatrice sur mon visage (que j’accepte totalement aujourd’hui). J’ai été démoralisée au début à l’idée d’être marquée et me suis demandée « mais pourquoi ça m’arrive à moi ? ». J’ai joué les victimes au début, puis, après quelques semaines, j’ai entrepris tout que je pouvais pour favoriser une bonne cicatrisation de ma plaie. J’ai très vite lu que le stress ne faisait pas bon ménage avec une bonne cicatrisation. J’ai donc cherché à vivre la situation autrement, et c’est comme cela que j’en suis venue à m’intéresser au développement personnel et que j’ai intensifié ma pratique du yoga. Je me suis mise à lire des livres sur le sujet qui m’ont beaucoup aidés. Puis surtout j’ai découvert l’appli Podcasts (que j’ai sur mon iPhone depuis des années sans jamais l’avoir utiliser). C’est vite devenue une routine à laquelle je suis devenue accro, un vraie coach de vie. Aujourd’hui je suis même reconnaissante d’avoir eu cet accident car il m’a permis de devenir la personne que je suis aujourd’hui et je suis même très fière de ma cicatrice.

J’aimais plutôt mon travail, mes collègues (coucou!) sans vraiment m’y sentir à ma place. Passé la joie de l’annonce du premier job, je me rendais compte que ce qui m’animait n’avait plus grand chose à voir avec les cosmétiques. Et puis la vie à Paris me correspondait de moins en moins, le métro, l’appartement minuscule. Ce qui me passionnait, c’était d’échanger autour du thème du développement personnel, d’en apprendre plus.

Plus les mois passaient, plus cette idée de voyage occupait mon esprit, sans que je trouve la force de me décider. Il faut dire que j’avais mon boulot, ma vie parisienne, mes habitudes et que j’étais en couple depuis plusieurs années. Je pense même que j’avais enfin ce dont j’ai toujours rêvé, comment trouver le courage et l’énergie de tout casser ? J’avais la profonde conviction qu’il me manquait quelque-chose et puis je crois que je m’ennuyais au fond. Beaucoup d’angoisses suivis d’une grande remise en question : il fallait que je saute le pas et que je prenne le risque de tout briser. Je devais non seulement voyager pendant quelques temps mais aussi réfléchir à une réorientation professionnelle qui me ressemble. Lorsque je l’ai finalement annoncé à tout le monde, j’ai ressenti un énorme soulagement, et puis il faut dire que j’ai reçu énormément d’encouragements, ce qui m’a conforté dans mon idée.

Deux mois plus tard, je quittais donc Paris avec un aller-simple pour l’Indonésie. J’ai choisi Bali pour ma première étape pour ses cours de yoga, sa douceur et pour la gentillesse de ses habitants.

Mes premières impressions sont à suivre dans mon prochain article.